© Carol Maia

Le compte Insta "Empowered Birth Project" dévoile la réalité des accouchements

Avec ses photos non censurées de centaines de femmes, ce compte livre une documentation précieuse sur celles qui donnent la vie.

Sur "Empowered Birth Project", pas de censure ni de tabou. En scrollant sur ce compte Instagram, on peut voir des photos et vidéos de femmes en train d’accoucher, que ce soit par voie basse, par césarienne, à la maison ou encore dans l’eau… Les images, crues, parfois violentes, laissent voir des vagins, des ruptures de poches des eaux, du sang, des placentas, et bien sûr, des nouveaux-nés qui voient le jour pour la première fois.

Derrière ce compte, on retrouve l’infirmière Katie Vigos, vivant à Los Angeles. Cette jeune mère de trois enfants a décidé de lancer ce projet après avoir donné naissance à son deuxième fils, chez elle. Alors qu’elle se préparait à ce moment, elle a été confrontée à un manque de ressources sur l’accouchement à la maison et a décidé de combler ce vide en parlant de naissances sur Insta, de façon libre et constructive.

Publicité

Publicité

Lancé en 2014, "Empowered Birth Project" rassemble aujourd’hui plus de 400 000 abonné·e·s, et se donne pour objectif de "rappeler leur force aux personnes qui accouchent", et de "guérir grâce aux histoires racontées". Mais aussi, de replacer l’humain – la mère, l’enfant, les liens familiaux – au centre du processus.

"Le manque d’infos sur l’accouchement et tout le mystère qui l’entoure ont comme conséquences de déconnecter les femmes de leurs corps. Un nombre déconcertant d’entre elles donnent naissance sans jamais avoir vu ce que leur corps était sur le point d’accomplir", expliquait récemment Katie Vigos lors d’un entretien pour le magazine Néon.

En bref, une jolie initiative pour documenter, démystifier et ouvrir le dialogue sur l’accouchement, grâce à l’expérience de centaines de femmes.

Publicité

Dépasser la censure des réseaux

Publicité

Pour en arriver là, Katie Vigos a d’abord dû se battre contre la censure des réseaux sociaux. Quand on sait qu’Instagram ne tolère pas la vue d’un téton féminin, il peut effectivement paraître surprenant de trouver, sur la même plateforme, des gros plans d’accouchements. Et si cela est possible, c’est justement grâce à l’infirmière californienne, qui a réuni plus de 23 000 signatures sur une pétition pour autoriser les images de naissances sur Facebook et Instagram.

"Cette attitude généralisée envers les naissances est contre-productive pour notre mission, qui est de normaliser l’accouchement et de le libérer de la honte, de la stigmatisation et du tabou social", écrivait l’infirmière sur le site de la pétition. Au mois de mai 2018, l’implication militante de Katie Vigos payait : les deux plateformes ont fait de l’accouchement, des images post-naissance (comme l’allaitement) et des situations de santé des exceptions à leur politique de censure de la nudité.

Avant cet assouplissement en matière de modération, la créatrice d’"Empowered Birth Project" a eu le temps de voir beaucoup de ses posts disparaître sous la censure, car jugés contraires aux "règles de la communauté".

Les photos d’accouchements, trop souvent incomprises

L’engagement de cette mère de trois enfants ne se limite pas à Instagram. Il s’agit aussi, plus largement, de s’attaquer à un tabou culturel, pour cesser de considérer l’accouchement comme un moment douloureux, sale et parfois traumatisant. Car une femme qui donne naissance fait preuve de force, dépasse ses limites et ressent de la joie et de la fierté.

Et il semble qu’elles soient de plus en plus nombreuses à vouloir immortaliser ce moment, puisque comme l’explique cette journaliste du New York Times, les demandes envers les photographes de naissances sont croissantes aux États-Unis depuis quelques années. "Ce moment où mon mari et moi découvrirons le sexe [de l’enfant, ndlr] ? C’est quelque chose que je veux voir arriver", racontait une future maman au journal américain.

Une autre, rapportait au Harper’s Bazaar une conversation qu’elle avait eue avec son mari, sur son choix d’engager un professionnel le jour de son accouchement : "Je lui ai expliqué que ce moment allait changer ma vie pour toujours. Mes photos de mariages étaient importantes – mais pas autant que ça."

Pour autant, les images de naissances restent souvent incomprises, et sont encore bien moins populaires que les shootings photo de grossesse, qui laissent voir le ventre rond et bien tendu de la maman. Heureusement, Katie Vigos tend à équilibrer la tendance et à normaliser les accouchements. Ce qu’elle veut, c’est que les femmes, en regardant son compte Insta, se sentent plus informées, inspirées, et se disent : "Si cela est possible, alors tout est possible."

Par Pauline Allione, publié le 07/11/2019

Copié

Pour vous :